Questions:

Bonjour Me Arcand,

Je me destine peut-être vers le notariat, cependant j'aurai quelques questions pour démystifier la pratique. Il faut dire que dans nos facultés de droit et dans les publications, nous en entendons très peu parler…

Premièrement de manière générale, est-ce que le marché de l'emploi en notariat se porte bien? Quelles sont les perspectives d'avenir?

Dans un deuxième temps, c'est surtout le droit commercial et immobilier qui m'intéressent. En quoi le notaire peut véritablement intervenir dans ces champs de pratique au delà de la simple rédaction d'actes notariés?

Quels sont les champs de pratique pour lesquels la demande est la plus forte?

Réponses:

Cher lecteur,

Me Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Me Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Je suis d’accord avec vous. Il est vrai qu’on entend très peu parler du notariat dans l’enceinte de nos universités. Pourquoi? Peut-être parce qu’il y a seulement une minorité de leur clientèle qui s’y destine? Peut-être aussi parce que la profession projette une image moins «sexy» que celle des avocats. Probablement un peu des deux, mais là n’est pas votre question ou plutôt vos questions.

Premièrement, de manière générale est-ce que le marché de l'emploi en notariat se porte bien?

Le marché de l’emploi du notariat a tendance à suivre celui des avocats. Avec la différence qu’il y a beaucoup moins d’ouvertures en notariat, mais il y aussi beaucoup moins de candidats.

Toutes proportions gardées, les marchés se ressemblent beaucoup.

Quelles sont les perspectives d'avenir?

Le rôle du notaire est bien ancré au Québec et il est pratiquement impensable qu’il soit modifié dans le futur. Il y a des actes protégés et ce sera toujours la chasse gardée de ces juristes et en plus, il y a un bon nombre d’actes juridiques qui leur revient traditionnellement sans pour autant leurs être réservés.

Il faut ajouter à cela le fait que plusieurs notaires œuvrent au niveau du droit transactionnel et pour eux, les perspectives sont encore meilleures que celles de leurs confrères dont la pratique est plus traditionnelle. Ils se trouvent à agir à titre de juriste d’affaires en plus de pouvoir exercer comme notaire. Ce qui m’amène à votre prochaine question.

En quoi le notaire peut véritablement intervenir en droit commercial et immobilier au delà de la simple rédaction d'actes notariés?

Légalement, le notaire peut poser tous les actes juridiques qu’un avocat peut poser à l’exception de représenter un tiers en matière contentieuse. En plus, il peut agir comme officier public et à ce titre, déclarer certains documents authentiques, ce que ne peut pas faire un avocat.

Alors si on se limite au cadre légal, assumant que le litige ne vous intéresse pas, vous auriez tout intérêt à faire votre notariat plutôt que l’École du Barreau car il vous donne plus de cordes à votre arc.

Gros bémol cependant: le cadre légal de la profession est une chose, mais la réalité s’avère différente. Bien que le notaire puisse agir pleinement comme conseiller juridique d’affaires, la perception des gens, incluant la majorité des avocats, est que son expertise se limite au domaine immobilier et plus particulièrement à la recherche de titres.

Cette perception, qui constitue la barrière principale à l’expansion de la pratique notariale, est-elle fondée ? Oui et non.

Un juriste qui sort de l’école, avocat ou notaire, est pratiquement incompétent dans tous les domaines du droit. Il se formera dans le cadre de son stage et de ses premières années de pratique. Vu la perception existante du rôle du notaire, il sera souvent confiné, en début de pratique, à un travail plus traditionnel et par conséquent, son expertise se développera dans ce créneau. Vous voyez la suite…

Je réponds donc à votre question de la façon suivante: le notaire peut intervenir à tous les niveaux du droit commercial et immobilier mais on ne lui demandera pas souvent.

Un notaire peut-il contourner cette situation? Oui, mais il faut travailler beaucoup plus fort qu’un avocat pour élargir son champ de pratique. En fait, il faut faire tomber les barrières et ne vous imaginez pas qu’une fois celles-ci abattues vous aurez le chemin libre.

Des notaires exerçant en droit des affaires depuis des années me témoignent qu’ils doivent encore expliquer à leurs clients, et quelques fois à leurs confrères, qu’ils sont aptes à intervenir dans leurs dossiers commerciaux.

Les faits sont là et, à moins de vouloir changer monde, nous devons conclure que si vous hésitez entre le Barreau et le notariat, considérant que c’est le droit commercial qui vous intéresse, le Barreau s’avère la meilleure option. Ceci dit avec le plus grand respect pour la pratique notariale.

Sur ce, je vous souhaite de passer une belle semaine.

La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Me Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes pour autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.


Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.