Stéphanie Vallée, ministre de la Justice et Procureure générale du Québec
Stéphanie Vallée, ministre de la Justice et Procureure générale du Québec
Après la tenue d’un projet-pilote à l'école Pierre-Boucher de Boucherville, dix autres écoles du Québec participeront désormais au programme du Projet d'enrichissement juridique et décisionnel, à Saguenay, Québec, Montréal, Terrebonne, Saint-Jérôme, Laval et Boucherville.

Ce programme, lancé officiellement le 22 octobre dernier, a pour but de sensibiliser les jeunes au système de justice québécois et de leur donner des outils, comme l’explique la ministre de la Justice et Procureure générale du Québec, Stéphanie Vallée. « Le programme mise sur une approche efficace afin d'aider les jeunes à faire des choix responsables et surtout à faire comprendre les conséquences possibles de ces choix. Les écoles donneront ainsi la chance à leurs élèves de mieux comprendre le système de justice criminelle et pénale et d'être encouragés à faire de meilleurs choix ».

Le projet LEAD (Legal Enrichment And Decision making) s’adresse à 350 élèves de cinquième année du primaire, et s’appuie sur une méthode d'enseignement participative. Au programme : visite d’un palais de justice, salle d'audience et étude des rôles des intervenants du système judiciaire.

Les leçons aborderont par exemple les conséquences sociales et légales de la criminalité, de l'absentéisme scolaire, de l'intimidation et de la consommation de drogues et d'alcool. A l’issue des 18 rencontres animées par des procureurs bénévoles - une trentaine se sont portés volontaires, les élèves assisteront à un procès simulé de droit criminel.

Les procureurs-formateurs, des agents influents auprès des élèves

Conçu en 1993 aux Etats-Unis par le bureau des procureurs de Los Angeles, ce projet a été importé au Québec par la directrice des poursuites criminelles et pénales (DCPC) Annick Murphy, qui l’a adapté au droit criminel canadien.

« Le DPCP a le désir de s'impliquer activement auprès des jeunes afin de les initier au système de justice et ses principes ainsi qu'à l'importance de prendre les meilleures décisions possibles lorsque certains choix se présentent à eux, a déclaré Me Murphy. Nos procureurs-formateurs deviennent ainsi des agents influents auprès de ces élèves qui sont, faut-il le rappeler, notre relève. »

Lors du lancement officiel du projet, la district attorney du comté de Los Angeles Jackie Lacey a félicité Me Murphy pour son initiative. « Ce que je retiens avant tout de ma participation à ce programme, ce sont les 30 000 étudiants que nous avons rencontrés depuis sa mise en place ». Mais si la fonction d’un procureur ou les rouages du palais de justice n’auront bientôt plus de secrets pour les 350 élèves concernés, Murphy a cependant confié au journal La Presse qu’il n’était pas encore envisagé d’étendre le projet à toutes les écoles de la province.