Me Sophie Gagnon, directrice générale de Juripop.
Me Sophie Gagnon, directrice générale de Juripop.
L’initiative Aparté de Juripop ne se limitera plus au domaine de la culture!

La Presse explique que l'initiative vise à répondre à la vague d’augmentation du nombre d’agressions sexuelles de 15% dénoncées aux policiers en 2018, selon Statistique Canada.

Justice Canada financera l’initiative à la hauteur de deux millions sur cinq ans. On prévoit que tous les milieux professionnels du Québec en seront desservis au début 2020.

Ainsi, Juripop permettra aux victimes de violence, de harcèlement sexuel et psychologique de parler à un avocat gratuitement.

L’organisme prônant l’accessibilité à la justice avait d’abord implanté l’Aparté, une initiative similaire dans l’industrie de la culture, en réaction aux scandales entourant Éric Savail et Gilbert Rozon. Il s’agissait d’un guichet qui offrait des conseils juridiques aux victimes de ce milieu.

Des cas variés

Éric Savail et Gilbert Rozon.
Éric Savail et Gilbert Rozon.
Les victimes font appel à l’Aparté pour plusieurs raisons. Ils ont besoin de conseils juridiques propres à leur situation, que ce soit pour harcèlement psychologique ou sexuel ou agression sexuelle.

Même si ce programme est actuellement destiné au milieu de la culture et du divertissement, un demandeur sur cinq est issu d’un autre domaine.

Dans la formule actuelle de l’Aparté, les demandeurs, victimes de traumatismes, se retrouvent souvent à répéter les étapes de leur processus de dénonciation, dû au manque de services disponibles.

D’ici l’expansion du programme, Juripop adaptera son équipe d’avocats à ses nouveaux besoins.

« Il faut qu'on puisse compter sur un réseau d'avocats qui reflète la diversité des cas, partout dans la province », a expliqué à La Presse Me Sophie Gagnon, directrice générale de Juripop.