L'avocat senior Mark Bruce se fait virer à 60 ans. Photo : shutterstock
L'avocat senior Mark Bruce se fait virer à 60 ans. Photo : shutterstock
L'avocat senior Mark Bruce signe un témoignage sur le sujet dans un texte publié sur The Lawyerist. Droit-inc vous en livre un résumé.

«Je suis désolé, je dois te laisser partir.»

Le directeur du cabinet a réussi à avoir l'air triste. J'avais commencé à travailler pour lui moins d'un an auparavant. J'avais été recruté à 60 ans parce qu'il recherchait un avocat plus âgé et expérimenté pour encadrer les jeunes employés du cabinet.

J'étais flatté de pouvoir partager mon expérience et ma connaissance de la jurisprudence.

«Pouvez-vous me dire pourquoi ?» j'ai demandé.

Il secoua la tête.

«Mon avocat m'a dit de ne rien dire», a-t-il dit.

«Pour ce que ça vaut, je pense que tu es un type bien», a-t-il ajouté.

J'avais l'impression que le sol s'effondrait sous mes pieds. Qu'est-ce que j'allais faire ?

Je pouvais chercher un autre emploi, mais cela relevait du fantasme d'imaginer en trouver un. À mon âge, personne ne me prendrait au sérieux, bien qu'ils le feraient tous très bien pour éviter une plainte pour discrimination.

«Pourriez-vous au moins me donner une lettre de recommandation ?», ai-je demandé.

«Mon avocat recommande que nous restions en dehors de ça», m'a-t-on répondu.

La plupart des avocats sont rarement confrontés au chômage. Se faire virer est une tâche indélébile sur un CV.

Je suis rentré chez moi étourdi. J'ai pensé brièvement à m'arrêter pour un petit déjeuner tardif, mais je me suis rapidement rappelé que chaque centime serait maintenant consacré à ma survie pour les prochains mois. Ou pour les prochaines années. Ou pour toujours.

Mon dernier chèque et mon indemnité de départ étaient posés sur le siège du passager, Cela totalisait 5 000 $. Environ un mois de salaire.

Je suis entrée dans mon appartement et je me suis effondré dans le canapé. À 1 400 $ par mois, le loyer serait écrasant pour un avocat au chômage.

J'ai regardé mes livres, ma télévision, les photos sur les murs. Combien rapporteraient-ils dans une vente de garage ?

J'avais un peu d'argent de côté, mais ça ne durerait pas jusqu'en novembre.

Mais à mesure que l'engourdissement se dissipait, mon ego commençait lentement à se réaffirmer. «Tu as déjà été dans des situations difficiles comme celle-ci», disait-il. «Ne te laisse pas abattre. Vis ton deuil, puis décide comment tu veux vivre le reste de ta vie».

C'était un bon plan. Mais ma colère et mon chagrin ne partaient pas... Je me suis senti arnaqué.

Le lendemain de mon renvoi, c'était un samedi. Une partie de moi voulait s'allonger sur le canapé et regarder la télévision toute la journée en m'apitoyant sur mon sort. Après avoir regardé une comédie stupide, je me suis levé du canapé et me suis jeté sur mon téléphone portable.

Il était temps d'appeler les troupes.

En particulier, ceux qui pourraient m'aider à trouver un autre emploi. Ou, du moins, qui pourraient me prêter de l'argent jusqu'à ce que je touche un revenu.

Les deux premiers, qui sont aussi avocats, m'ont proposé de parler de mon cas à leur chef.

Je pense que je peux retourner en Californie du Sud et retourner travailler pour mon ancien cabinet, celui que j'ai quitté volontairement pour l'emploi que je viens de perdre.

J'ai appelé mon frère, ma sœur aînée et une amie de 30 ans pour leur annoncer la terrible nouvelle. Tous les trois m'ont proposé de me prêter mille dollars pour m'empêcher d'être dans la rue.

En tant qu'avocat, j'aurais dû avoir honte d'appeler ces gens et de leur dire que j'avais été renvoyé. Habituellement, une personne est renvoyée d'un cabinet d'avocats pour faute grave. Hélas, la raison pour laquelle j'ai été licencié reste un mystère pour moi.

Je vais en ligne et je commence à postuler pour n'importe quel poste d'avocat. Malgré ma mauvaise expérience au sein du cabinet, je suis convaincu que je suis un bon juriste. Mes clients me l'ont dit. Mes collègues me l'ont dit. Même les juges me l'ont dit.

Je ne suis donc pas gêné. Je suis irrité. J'ai peur. Je suis perplexe. Mais pas embarrassé...