Le juge Richard Laflamme.
Le juge Richard Laflamme.
De nombreux avocats ont appris « entre les branches » qu’un constable du palais de justice de Gatineau avait été mis en isolement après avoir été testé positif à la COVID-19, révèle Le Droit.

Aucun d’entre eux n’a été informé officiellement lorsque le constable a reçu son diagnostic.

Ces avocats dénoncent l’absence de communication alors que quatre autres employés sont maintenant en quarantaine préventive en attendant leurs résultats au test.

« On l’a appris par personnes interposées, sans que la direction nous informe directement », déplore l’avocat Me Jacques Belley, en entrevue avec Le Droit.

« On a des endroits comme des restaurants McDonald qui ferment et qui avertissent tout le grand public lorsqu’ils ont un cas. On est au palais de justice, puis on ne nous dit rien. C’est incroyable », poursuit Me Belley.

L’avocat Me Marc-André Cayen s’est quant à lui directement adressé au juge Richard Laflamme mercredi matin au palais de justice de Gatineau.

« J’aimerais savoir pourquoi on ne divulgue pas les cas de COVID au palais alors qu’on nous informe de cas partout ailleurs », a dit l’avocat du Bureau d’aide juridique de l’Outaouais en salle d’audience.

Le juge a répondu qu’il devait s’adresser à la direction générale du palais de justice, et que la direction avait envoyé un avis aux employés.

« J’ignore à qui cela (l’avis) a été envoyé, a réagi Me Cayen, en entrevue avec Le Droit. Nous (les avocats) n’avons rien reçu. Est-ce que les seuls employés du palais – ceux de la fonction publique – ont été informés? Je l’ignore. En fait, nous ne savons pas grand-chose sur la situation, et c’est déplorable. Nous avons des familles et nous côtoyons des dizaines de clients. Ça ne peut plus fonctionner comme cela. »

Le ministère de la Justice a indiqué mercredi par courriel avoir été informé du cas de COVID-19.

« Après enquête de la Direction de santé publique, aucune action n’était requise de la part du MJQ ni du MSP. En effet, l’enquête n’a révélé aucun risque pour le personnel », écrit le porte-parole Paul-Jean Charest.

C’est le second cas de COVID-19 qui a été révélé tout d’abord par des sources judiciaires au palais de justice de Gatineau. Le premier a été confirmé le mois dernier après que le ministère de la Justice eût été interrogé par Le Droit.