La regrettée Ruth Bader Ginsburg. Photo : Wikipédia
La regrettée Ruth Bader Ginsburg. Photo : Wikipédia
Plus tôt ce mois-ci, l’Association du Barreau de l’État de New York a organisé un événement visant à honorer la mémoire de la juge à la Cour suprême Ruth Bader Ginsburg, décédée en septembre dernier.

Parmi les panélistes, sa petite-fille Clara Spera : la jeune avocate a énuméré quelques judicieux conseils que lui avait donnés sa grand-maman, pour être une bonne avocate et être heureuse, rapporte le site américain Above the Law.

Relire ses notes

« C’est quelque chose qu’elle m’a dit quand j’ai commencé à étudier en droit. Quand tu prends des notes – que ce soit en classe ou pendant une audition –, relis-les toujours tout de suite après. Que ce soit après une rencontre, après un cours ou une audience, le fait de prendre cinq minutes pour relire tes notes, immédiatement, les cimente dans ton esprit, ainsi que ce que tu as retenu de cet argumentaire de 45 minutes ou alors de ce cours de 90 minutes. Tu vas le mémoriser beaucoup plus que si tu les relis une semaine ou un mois plus tard.»

« Ça semble stupide, mais je dirais que dans les cours où j’ai fait cela, j’ai toujours mieux performé. C’est un conseil que j’applique encore, dans ma pratique d’avocate. Il s’agit d’une notion très importante que tout le monde peut apprendre d’une juge à la Cour suprême. »

Ne pas négliger les autres sphères de sa vie

« Peu importe à quel moment de votre carrière vous êtes rendu, n’oubliez pas les autres choses importantes dans votre vie. Que ce soit la famille, les arts, le divertissement, le sport, la lecture… Toutes ces choses font partie de l’être humain que vous êtes, et personne ne devrait être consumé par son travail au point de ne pas pouvoir apprécier les autres sphères importantes de sa vie. »

« Évidemment, il y aura des moments où ces autres choses ne seront pas prioritaires et devront être mises de côté temporairement, parce que le travail est important. Ma grand-mère disait souvent : “tu peux tout avoir, mais tu ne peux pas tout avoir en même temps”. Il faut savoir prioriser, savoir quand le travail vient en premier, et quand la famille vient en premier… c’est quelque chose que toute personne doit apprendre à équilibrer de façon personnelle. Mais ça ne veut pas dire qu’un élément important de sa vie doit être abandonné pour poursuivre sa carrière en droit. »

Et finalement, le dernier conseil mais non le moindre : « un mariage heureux »!