Me Sophie Majeau. Photo : Archives
Me Sophie Majeau. Photo : Archives
L’entreprise en solutions de services et d’information aux cabinets d’avocats LexisNexis a lancé un balado hebdomadaire qui fait le tour de la jurisprudence récente du Québec : Jurisprudence en ligne.

Publié tous les lundis matin, on y entend huit à 12 résumés de décisions importantes dans un bulletin d’une vingtaine de minutes en anglais et en français.

« On dit importantes, mais ce sont des décisions qui ont soit des faits cocasses, soit une incidence nationale, soit une importance par rapport à la jurisprudence », décrit Me Sophie Majeau, la directrice, solutions de recherche et stratégie pour le marché francophone chez LexisNexis.

Les domaines de droit couverts sont variés : décisions en immigration, décisions en déontologie des juges, décisions criminelles, décisions en contrat et obligation…

« Ça va dans toutes les directions, mais le point commun, c'est que ce sont des décisions qui émanent du Québec », indique l’avocate.

C’est d’ailleurs à la demande de clients de LexisNexis que le balado Jurisprudence en ligne est né, souligne Me Majeau. L’idée de résumer des décisions dans un balado en ligne s’alignait parfaitement avec l’effort de LexisNexis de rejoindre les gens de différentes façons, et particulièrement en pleine crise de la COVID-19.

Toute l’équipe de LexisNexis s’est impliquée avec joie dans le projet de balado, et un concours interne a même mené à la sélection des quatre « voix » qui résument les décisions.

S’ajoutent maintenant aux bulletins des balados-événements, où un invité ou un auteur de LexisNexis explique un enjeu, souvent lié à la COVID-19. Ces épisodes étendus peuvent avoir une durée de plus de deux heures et permettent de fouiller le sujet en profondeur. La sécurité des données biométriques et le droit entourant la culture du cannabis ont notamment été abordés dans ces balados spéciaux.

« Notre idée est de rester dans la COVID-19 et voir ce qui peut être intéressant d’avoir comme information pour les avocats, explique Me Majeau. COVID oblige, il faut user de créativité, il faut voir ce qui est le plus facile pour les gens. C’est déjà assez compliqué de suivre tout ce qui se passe! Si on peut faciliter certaines informations, eh bien on essaie de le faire. »