Source: Shutterstock
Source: Shutterstock
Ces avocates misent sur leur connaissance de la Cour fédérale pour obtenir la suspension de l’obligation vaccinale des employés du gouvernement fédéral.

D’autres groupes d’employés fédéraux ont déjà tenté de faire suspendre cette obligation. Mais, ils ont vu leurs demandes être rejetées, au motif qu’ils n’avaient pas déposé de grief avant de se présenter en Cour fédérale, et qu’ils n’avaient pas épuisé tous les recours prévus par leur convention collective, explique Le Devoir.

Or, Me Jocelyne Murphy et Me Sherry Rafai Far affirment détenir une preuve écrite que leur syndicat a refusé de déposer un grief en leur nom. Selon les deux avocates qui travaillent à Montréal, l’obligation vaccinale, imposée sans négociation, viole des dispositions de la convention collective des avocats du ministère de la Justice, rapporte le quotidien. Toutes deux considèrent que cette obligation empiète sur leur vie privée.

De son côté, le Procureur général du Canada affirme que les avocates doivent épuiser tous les recours prévus dans leur convention collective avant de porter leur demande devant la Cour fédérale, selon Le Devoir. Les deux juristes contestent avant tout leur suspension sans solde, allègue l’avocat du ministère de la Justice.