Sources: Sites web des cabinets
Sources: Sites web des cabinets
Les données des League Tables 2021, qui recensent l’implication des conseillers juridiques dans les transactions de fusions et acquisitions, ont été publiées voici quelques semaines par MergerMarket. Elles révèlent une croissance de plus de 600 % au plan de la valeur financière des transactions par rapport à 2020.

La valeur du marché s’est ainsi multipliée par sept en 2021 par rapport à l’année précédente.

La reprise économique a ainsi permis aux 20 plus importants cabinets actifs dans ce marché au Canada de s’impliquer dans 782 transactions, d’une valeur totale de 1 336 milliards de dollars US. En 2020, en pleine pandémie de la COVID-19, MergerMarket attribuait quelque 220 milliards de dollars US de transactions à ces mêmes cabinets.

Pour être compilées par MergerMarket, les transactions doivent dépasser les 5 millions de dollars US.

Sur le plan de la valeur des transactions, en 2021, les cinq cabinets qui occupent la tête du Top 20 sont :
  1. Davies Ward Phillips & Vineberg – 119,2 milliards $US
  2. Wachtell, Lipton, Rosen & Katz – 105,9 milliards $US
  3. White & Case – 92,4 milliards $US
  4. Osler, Hoskin & Harcourt – 86,3 milliards $US
  5. Blake, Cassels & Graydon – 77 milliards $US

Au total, ces cinq cabinets ont réalisé pour 480,9 milliards de dollars US de transactions en 2021, soit un peu plus du tiers de la valeur attribuée aux conseillers juridiques en fusions et acquisitions sur le marché canadien. Ces derniers ont également été impliqués dans 282 transactions, soit 36% du total attribué aux 20 plus importants cabinets actifs dans ce marché.

Si les cabinets canadiens étaient bien qualifiés au palmarès 2020, les Américains White & Case et Wachtell ont amorcé une spectaculaire percée sur la marché canadien l’an dernier, ces deux cabinets ne figurant même pas au Top 20 en 2020. La concurrence des cabinets américains semble donc être en forte croissance au Canada.

Trois autres cabinets ayant une forte présence au Québec se retrouvent également dans le top 20 des conseillers juridiques en fusions et acquisitions : Stikeman Elliott (7e rang, avec 70,2 milliards $US et 127 transactions) ; McCarthy Tétrault (13e rang, avec 56 milliards $US et 80 transactions) ; Norton Rose Fulbright (14e rang, avec 54,7 milliards $US et 48 transactions).

Le nombre de transactions

Un deuxième classement est également compilé par MergerMarket, soit le Top 20 des cabinets ayant réalisé le plus grand nombre de transactions de fusions et acquisitions.

À ce chapitre, les 20 plus importants cabinets ont réalisé 1 173 transactions en 2021, par rapport à 841 en 2020, soit une augmentation de 39 %. La valeur totale de ces transactions a été de 830,4 milliards de dollars US. Les valeurs pour 2020 ne sont pas précisées.

Ici, les joueurs sont sensiblement les mêmes, à quelques exceptions près. Ainsi, Fasken et Stikeman se hissent dans le Top 5, qui est le suivant :
  1. Fasken Martineau Dumoulin – 149 transactions, pour 30,4 milliards $US
  2. Stikeman Elliott – 127 transactions, pour 70,2 milliards $US
  3. Blake, Cassels & Graydon – 110 transactions, pour 77 milliards $US
  4. Osler, Hoskin & Harcourt – 88 transactions, pour 86,3 milliards $US
  5. McCarthy Tétrault – 80 transactions, pour 56,4 milliards $US

Par ailleurs, d’autres cabinets ayant une forte présence au Québec se démarquent dans le Top 20 du nombre de transactions : Davies Ward Phillips & Vineberg (8e rang, avec 57 transactions et 119,2 milliards $US) ; Norton Rose Fulbright (au 12e rang, avec 48 transactions et 54,7 milliards $US ; Gowling WLG (14e rang, avec 35 transactions et 2,2 milliards $US ; et enfin Borden Ladner Gervais (17e rang, avec 30 transactions et 732 millions $US).