Source: Shutterstock
Source: Shutterstock
Miami est devenue la dernière ville à la mode en matière d’implantation de cabinets d’avocats.

Et cette tendance est plutôt récente: elle a débuté il y a deux ans, avec le début des mesures sanitaires prises pour juguler la pandémie de Covid-19.

Certes, Miami était déjà une ville prisée des avocats qui visaient une clientèle en lien avec l’Amérique latine. Mais la pandémie a ouvert un nouveau champ pour une autre clientèle…

Les mesures sanitaires ont fait exploser la pratique du télétravail. Et des dirigeants d’entreprises, des banquiers et des gestionnaires de fonds ont quitté New York pour travailler à distance depuis Miami, relève Reuters. Au moment de choisir entre travailler à New York ou sous le soleil de la Floride, nombre de cols blancs n’ont pas hésité longtemps.

Ces décideurs venus s’installer à Miami ont attiré avec eux des professionnels… dont les avocats. Cela explique que des firmes juridiques ont ouvert des bureaux dans le sud de la Floride. Des cabinets comme Kirkland n’ont pas eu de difficultés à trouver des candidats à l’exil vers le soleil.

Mais ces nouveaux-venus parviendront-ils à concilier le travail à distance avec la création d’une clientèle locale? Rien n’est moins sûr. Hors contentieux, le tarif médian d’un associé à Miami s’élève à 552 $ de l’heure, alors qu’il culmine à 886 $ à Chicago, et même à 1 175 $ à New York, selon des données de la firme Wolters Kluwer.

Il reste la possibilité que l’afflux de gens d’affaires finisse par placer Miami parmi les importants centres financiers des États-Unis. Cette hypothèse verrait le tarif médian s’élever fortement, et la ville devenir définitivement un eldorado pour les avocats. En télétravail comme en présence.