Emmanuelle Moussa. Crédit: Jessica Alunaya
Emmanuelle Moussa. Crédit: Jessica Alunaya
Emmanuelle Moussa, jusqu’à tout récemment avocate superviseure à la Clinique juridique du Mile-End, vient de se joindre à la compagnie de production Attraction, où elle pratique dorénavant en propriété intellectuelle et en droit du divertissement.

Jusqu’à présent, la Barreau 2018 s’était plutôt spécialisée en droit du logement et litiges civils. Elle doit ce virage professionnel à la création de son balado de développement personnel qui l’a poussée à intégrer son intérêt pour le milieu artistique à sa pratique du droit.

La Zone, c’est quoi ?

À l’automne 2021, Emmanuelle décide de laisser s’exprimer la part de créativité enfouie en elle, qu’elle a rarement l’occasion d’exploiter en tant que juriste, et crée le balado La Zone pour lequel elle interviewe des femmes issues de la diversité qui ont trouvé leur X.

« J’aime l’idée de se rencontrer sur des voix, confie Emmanuelle Moussa. Le droit, c’est logique, c’est cartésien. J’avais besoin de créer et envie de rencontrer des femmes cool et inspirantes avec qui discuter ».

Ce n’est pas la première fois que Me Moussa se lance dans la réalisation d’un balado. Elle s’était déjà frottée au médium en créant avec Me Andréanne Martel, le podcast A Priori, juristes autrement destiné aux étudiants de la Clinique juridique du Mile-End et aux jeunes juristes, pour démystifier la profession.

Des modèles

Cette fois, elle veut créer des modèles pour les femmes qui veulent être inspirées et ne se reconnaissent pas dans les récits occidentaux de développement personnel. Parce que les défis sont différents quand on est une femme noire, parce qu’Emmanuelle, Française immigrée au Québec depuis 10 ans, de parents originaires du Togo, ne se reconnaissait pas dans les balados qu’elle écoutait.

Peut-être aussi, un peu, parce qu’elle a déjà dû expliquer lors d’une conférence sur la représentation des personnes noires dans le milieu juridique, que non, toutes les personnes noires ne sont pas pauvres et que les barrières économiques et sociales n’expliquent pas forcément le manque de diversité dans les métiers du droit.

Pourquoi La Zone? En référence au concept de « zone de génie » développé par le psychologue Gay Hendricks. En gros, la zone de génie, c’est être sur son X ou quand « le talent, les compétences et la passion sont alignés », résume Emmanuelle.

Entrepreneuriat et identité

« Je rencontre des femmes qui à un moment donné de leur vie décident d’écouter leur petite voix qui leur dit de prendre tel ou tel chemin », explique l’avocate.
Ces femmes sont des entrepreneures, des artistes, des comédiennes, des illustratrices. La vingtaine d’épisodes déjà en ligne, qui vont chercher jusqu’à 1000 écoutes par mois, abordent tant des sujets en lien avec l’entrepreneuriat qu’avec les questions identitaires.

Par exemple, dans l’épisode du 31 mai dernier consacré à la graphiste Niti, qui met en scène des personnes issues des minorités visibles dans toutes ses illustrations, les deux femmes s’interrogent : « est-ce un acte politique et militant de se représenter soi-même? » Devient-on un artiste politiquement engagé dès qu’on met en scène une personne noire dans une création ?

Emmanuelle a développé sa conscience politique au Québec. Celle qui est née en Seine-et-Marne, « près de Disneyland Paris », était la seule noire de sa classe et n’a jamais ressenti de racisme dans sa scolarité.

« Pourtant j’étais le stéréotype de la fille noire qui réussit », ajoute-t-elle.

Consciente du manque de modèles féminins issus des minorités visibles dans des sphères d’influence, elle espère avec ce balado « encourager des femmes racisées à devenir qui elles veulent ». Une continuité de son rôle de mentor auprès d’étudiants de la Clinique juridique du Mile-End.

Devenir podcasteuse

Le parcours d’avocate d’Emmanuelle influence sa façon de réaliser le balado.

« À la clinique juridique, j’ai l’habitude de travailler avec des gens qui ont des problèmes. Comme avocate, je dois être curieuse, leur poser des questions, les laisser parler, les écouter réellement ». Des qualités cultivées pour sa pratique et mises au service des interviews qu’elle mène.

De son balado, elle retire des occasions de réseautage, mais aussi des outils pour améliorer sa productivité et sa créativité. Dans l’épisode du 17 avril dernier, « Comment la période des règles peut t’aider à être plus créative », elle interviewe Olivia Bienvenu, cake designer et coach en créativité et énergie féminine. Depuis cette rencontre, elle monitore son cycle menstruel pour apprendre à mieux se connaître.

Elle en retire aussi de l’inspiration pour le développement de sa carrière, comme dans l’épisode où elle rencontre Catherine Souffront (disponible le 13 juin), ancienne procureure de la Couronne, devenue comédienne, qui joue le rôle de Mylène dans la série L’œil du cyclone.

« Je n’aurais jamais pensé que j’étais capable de ça en fait. Me lancer dans la réalisation de ce balado a ouvert une première porte en me montrant ce que je pouvais faire, et chaque personne que je rencontre sème des graines ; et ça germe ».

Ça germe au point où après son bac en droit obtenu à l’UQAM en 2017, Emmanuelle suit un microprogramme en édition à l’Université de Sherbrooke où elle se perfectionne sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle afin de faire fusionner ses deux champs d’intérêt : l’art et le droit.

Et c’est ainsi que sa petite voix intérieure l’a menée chez Attraction.