Le Chœur du Barreau du Grand Montréal. Source: Facebook
Le Chœur du Barreau du Grand Montréal. Source: Facebook
L’avocate Jocelyne Rancourt a créé en 2019 le Chœur du Barreau du Grand Montréal — alors le Chœur du Barreau de Laval — (CBGM), une chorale pour les avocats des districts de Laval, Montréal, Longueuil et Laurentides-Lanaudière.

L’élément déclencheur? Un rapport sur la détresse psychologique des avocats, présenté par le Barreau en 2019. Réalisée par l’Université de Sherbrooke, l’étude révélait que 43 % des 2 500 avocats interviewés disaient avoir des symptômes s’apparentant tantôt à l’épuisement professionnel, tantôt à la dépression, allant de l’état de fatigue à l’irritabilité, en passant par les troubles anxieux, troubles du sommeil, problèmes de concentration, etc..

Me Rancourt chantait déjà depuis quelques années. « J’ai fait des recherches sur les bienfaits du chant, en particulier en groupe. Ça m’a amenée à découvrir le chœur du Barreau de Paris. »

Si cette trouvaille l’a inspirée à fonder la chorale, l’étude commandée par le Barreau du Québec, l’a convaincue. « Ça se voulait une solution directe à la détresse psychologique soulevée dans le rapport », explique-t-elle.

Nombreux sont les avocats qui souffrent de détresse psychologique au Québec. Pour y remédier, pourquoi pas le chant?

Et ça semble fonctionner puisque les avocats en redemandent. « Ceux qui font partie du chœur sont vraiment accros! Je vois que ça apporte quelque chose. Le fait de sortir de notre travail très prenant aide aussi. »

Chanter en harmonie réduirait en outre le stress et le sentiment d’isolation et améliorerait la qualité de vie générale.

Première canadienne

L’intérêt de la communauté juridique est palpable, assure Jocelyne Rancourt. Selon elle, les avocats voient ça très favorablement et trouvent le projet intéressant.« Reste à répandre la bonne nouvelle pour que tout le monde sache qu’on existe. »

L’idée d’un chœur d’avocats semble inédite, mais elle n’est pourtant pas nouvelle. « On en trouve à New York, à Paris, ailleurs en Europe. C’est d’ailleurs une tradition plus européenne. À ma connaissance, il n’y a pas d’autre choeur du genre au Canada. On est les premiers. »

Le CBGM a déjà quelques prestations à son actif. Il a par exemple réalisé un concert bénéfice en mars 2020, tout juste avant le confinement. Il a aussi donné une prestation au 30e anniversaire du Barreau de Laval et chanté à son cocktail de Noël.

« On vient d’être sollicités encore une fois par le Barreau de Laval pour la rentrée des tribunaux, se réjouit Me Rancourt. C’est un événement très prisé. Les juges en chef de la Cour d’appel, de la Cour supérieure et du Québec y participent. »

Suzanne Taffot, avocate et chanteuse lyrique. Source: Heritt
Suzanne Taffot, avocate et chanteuse lyrique. Source: Heritt
Un chef d’orchestre et une ambassadrice

Jocelyne Rancourt a recruté Michel Brousseau comme chef d’orchestre dès le début de l’aventure. Initié dès son plus jeune âge à la musique classique, il dirige des chœurs depuis plus de 20 ans et possède une formation de pianiste.

« Je lui confie tout le volet musical. C’est lui qui choisit les pièces. Le répertoire est surtout classique, mais il est ouvert à de l’opérette. C’est parfois plus facile pour les débutants. »

Suzanne Taffot, avocate et chanteuse lyrique, a de son côté accepté d’en faire la promotion au sein de la communauté juridique du Grand Montréal.

De multiple voix

Le CBGM comptait près d’une vingtaine de voix avant que la pandémie ne l’oblige à prendre une pause, mais ce n’étaient pas que des juristes. « On a recruté aussi des gens dans la communauté, comme des membres de la paroisse Sainte-Béatrice à Laval », précise Me Rancourt.

Cette diversité comporte ses avantages, selon la fondatrice. « De mêler avocats et population, ça démocratise en quelque sorte la profession. On est vus de façon assez négative dans la société alors il y a un effort à faire pour promouvoir notre travail. »

Aujourd’hui, le CBGM cherche de nouveaux choristes en vue de la reprise de ses activités en septembre. « C’est ouvert à tout le monde, avec ou sans expérience. On est inclusifs et on n’a pas de limite! », lance Jocelyne Rancourt. Alto, soprano, ténor ou basse : tous sont bienvenus.