Pascale Nadeau est représentée par Caroline Biron et Ioana Jurca. Sources: Radio-Canada et site web de Woods
Pascale Nadeau est représentée par Caroline Biron et Ioana Jurca. Sources: Radio-Canada et site web de Woods
Un an après son départ controversé comme cheffe d’antenne à Radio-Canada, Pascale Nadeau poursuit désormais la société d’État pour un montant de 350 000 $, dénonçant des « propos mensongers et diffamatoires » de la part de son ancien employeur.

Dans une poursuite déposée à la Cour supérieure, et dont Radio-Canada a obtenu copie, Pascale Nadeau réclame d’abord 250 000 $ pour dommages moraux « causés par sa conduite abusive, illégale et fautive ».

Elle réclame également 100 000 $ en dommages-intérêts punitifs « pour les atteintes illicites et intentionnelles portées à ses droits fondamentaux de sauvegarde de sa dignité, de son honneur et de sa réputation ».

Du côté du service des communications de Radio-Canada, on affirme que les avocats n'ont rien reçu de nouveau dans le dossier pour le moment. La société d’État compte toutefois réagir lorsqu’elle aura pris connaissance de la poursuite.

Mme Nadeau est représentée par Caroline Biron et Ioana Jurca, du cabinet Woods.

Un départ controversé

Le 5 août 2021, Radio-Canada a publié un communiqué de presse pour annoncer que sa cheffe d’antenne Pascale Nadeau partait à la retraite, elle qui n’avait pas été vue en ondes depuis quelques mois déjà.

Deux semaines plus tard, Mme Nadeau est sortie de son silence pour dénoncer un départ forcé à la retraite, le qualifiant de « congédiement déguisé » à la suite d’une plainte formulée à l’interne concernant des propos qu’elle aurait tenus sur le plateau du Téléjournal.

Il s’agissait d’une dénonciation anonyme, faite autour du mois d’août 2020, par une tierce personne au nom d’autres collègues. Une enquête indépendante a conclu que les accusations étaient non fondées ou partiellement fondées.

En février 2021, Mme Nadeau a tout de même été suspendue pendant un mois, sans salaire ni avantages sociaux, en guise de sanction. Pour revenir en ondes, elle a exigé des excuses de la part de son employeur et que la sanction disciplinaire soit retirée de son dossier, ce que Radio-Canada a refusé. C’est dans ce contexte que la cheffe d’antenne a annoncé par courriel à Radio-Canada qu’elle ne reviendrait pas en ondes.

Un processus d’arbitrage est en cours pour déterminer si la mesure disciplinaire imposée à Mme Nadeau était justifiée.

À l’emploi de Radio-Canada à partir de 1988, Pascale Nadeau y a cumulé 34 ans de carrière. Elle a été nommée cheffe d’antenne en 1996. En plus d'avoir été à la barre du Téléjournal, elle a animé des émissions spéciales couvrant de grands événements de l’actualité.