Nicola Di lorio, Geneviève Beaudin, Mélanie Sauriol et Georges Samoisette‑Fournier. Source: Courtoisie
Nicola Di lorio, Geneviève Beaudin, Mélanie Sauriol et Georges Samoisette‑Fournier. Source: Courtoisie
Un « autre niveau » ; une nouvelle « extraordinaire » ; d’« excellents » projets à venir.

Les superlatifs ne manquent pas, chez DS Avocats, pour décrire l’arrivée de leurs nouveaux associés : Geneviève Beaudin, Mélanie Sauriol, Georges Samoisette‑Fournier et l’ancien député fédéral, Nicola Di lorio, quatre anciens de BCF Avocats d’affaires, où ils travaillaient encore récemment.

Le cabinet compterait maintenant 26 avocats à son bureau montréalais, selon les informations affichées sur son site internet, dont dix femmes.

Le cabinet accueille aussi les adjointes juridiques Leonora Lee et Mélissa Gravel, du même cabinet.

L’associé-directeur du bureau montréalais de DS Avocats, Richard Laramée, espère que ces nouvelles acquisitions de talent permettront à son équipe de desservir encore « mieux » sa clientèle d’affaires.

« Nous sommes essentiellement un cabinet de droit des affaires. Accueillir de grosses pointures en droit du travail nous permet de mieux desservir notre clientèle », précise-t-il à Droit-Inc au téléphone.

Il faut dire que les quatre nouveaux associés du cabinet sont reconnus pour leur pratique sur les droits individuels et collectifs des entreprises, dont la négociation de conventions collectives, l’arbitrage de griefs, les conflits de travail, les droits individuels, la protection des renseignements personnels, ainsi que le droit administratif et les tribunaux spécialisés.

Me Laramée espère que cette annonce confirmera à la communauté juridique, comme il le soutient, que son cabinet est en mode croissance. Rappelons que DS Avocats intégrait dans ses rangs l’équipe de DS Burstall de Calgary au début de l’année 2022.

« Cette annonce concrétise les orientations stratégiques de DS Avocats qui sont de poursuivre notre croissance en tirant parti d’un environnement d’affaires qui devient plus complexe, plus pressé et plus élaboré. »

Questionné sur les projets à venir du cabinet, Me Laramée préfère éviter de se prononcer… pour le moment. « Nous voulons continuer notre expansion. C’est donc à suivre, une extraordinaire nouvelle à la fois. »

Un cabinet « collaboratif »

Joint par Droit-Inc, Me Di lorio met l’accent sur l’« esprit collaboratif » de son nouveau cabinet, une expression employée pour décrire un milieu de travail où la collaboration règne entre tous les membres.

Ce modèle, qu’il oppose à l’approche « transactionnelle », renforcerait la « pérennité, l’épanouissement, le développement et la capacité d’attraction » de DS Avocats, dans la mesure où il favorise le partage d’idées.

« N’importe qui peut nous arrêter, converser et nous parler de ses expériences. Des idées peuvent ainsi naître de nos interactions entre collègues et nous amener, par exemple, à improviser des réunions pour concrétiser celles-ci. »

Questionné sur les raisons de son départ, Nicola Di lorio préfère saluer les atouts qu’il perçoit dans sa nouvelle équipe, en plus d’ajouter que de nouveaux venus pourraient s’ajouter à l’équipe de DS Avocats.

« L’occasion de travailler avec quelqu’un de la stature de Richard Laramée se présente une seule fois dans la vie. Nous pouvons donner le meilleur de nous-même dans notre équipe, et nous avons des personnes en tête pour venir la compléter. »

Et deux avocats…

Parlant d’acquisition, DS Avocats a recruté le mois dernier dans ses rangs deux jeunes avocats en droit des affaires, Émilio De Angelis et Antony Kerr-Aspirot. Ces diplômés de l’Université Laval ont complété leur stage auprès du cabinet en juillet dernier.

Également joints par Droit-Inc, ils se disent tous deux heureux d’intégrer les rangs de l’équipe. « Je suis vraiment très fébrile et très choyé de pouvoir continuer mon parcours dans ce cabinet. J’ai tissé des liens avec des personnes extraordinaires durant ces 6 mois et je suis vraiment heureux de pouvoir continuer à les côtoyer au quotidien », indique par exemple Me De Angelis.

« Dès le stage, on nous implique dans le développement des affaires et on nous permet de tisser rapidement des liens avec les clients du bureau, des facettes si importantes à notre métier », ajoute-t-il.

Créé en 1972 en France, DS Avocats compte 24 bureaux répartis sur quatre continents, dont six au Canada.