Une mère, ses deux enfants, une requête. La routine.

Pourtant, c'est à cette occasion, que le juge Alain Turgeon dérape.

Le comité d'enquête était présidé par la juge Louise Provost
Le comité d'enquête était présidé par la juge Louise Provost
En effet, à chaque fois que la mère, qui a depuis porté plainte contre le juge, prenait la parole, le juge Turgeon adoptait une attitude méprisante, inappropriée, irrespectueuse, rapporte Le Soleil.

Le comité d'enquête du Conseil de la magistrature, recommande à l'unanimité d'infliger une réprimande au juge Turgeon : « ses manifestations d'impatience, sa façon d'intervenir au débat, ses remarques inappropriées, souvent acerbes et inutilement blessantes à l'endroit de la plaignante, constituent autant de manquements aux obligations de dignité, d'objectivité, de modération, de courtoisie et de sérénité qui incombent aux juges dans l'exercice de leurs fonctions. »

Crescendo

Gestes d'impatience, soupirs, remarques blessantes : le comportement du juge se dégrade crescendo à mesure que se déroule l'audience.

Sylvain Lussier soutient la demande du Comité
Sylvain Lussier soutient la demande du Comité
Les 30 dernières minutes, note le comité, seront d'ailleurs un calvaire pour la plaignante. Trente minutes parsemées de moqueries et de piques en tous genre.

Entre temps, toujours selon le rapport du comité, des excuses ont été arrachées de la bouche du magistrat.

La plaignante, elle, se dit humiliée.

Me Sylvain Lussier, l'avocat qui assistait le comité et procureur-chef de la commission Charbonneau, ainsi que le juge Me Jean-Paul Michaud, soutiennent tous deux la demande du comité.

Le Comité d'enquête était présidé par la juge Louise Provost, et était composé des juges Pierre E. Audet, Jean Herbert, de l'avocat Claude Rochon et du consultant Robert L. Véronneau.


Le rapport du Comité d'enquête peut être consulté ici.