La femme de Toronto ne peut pas être identifiée en raison d'une ordonnance de non-publication. Elle a été rebaptisée N.S. par les médias. La femme accuse deux parents de l'avoir agressée sexuellement sur une période de quatre ans, soit jusqu'à ce qu'elle atteigne l'âge de 10 ans.

La femme avait refusé de retirer son niqab lors d'une audience préliminaire
La femme avait refusé de retirer son niqab lors d'une audience préliminaire
Les deux accusés évoquent la Charte des droits et libertés pour réclamer de faire face à N.S. lorsqu'elle témoignera, afin d'observer ses expressions faciales.

Les avocats de la femme prétendent pour leur part que les expressions faciales peuvent être trompeuses, et ajoutent que les victimes d'agressions sexuelles d'obédience islamique ne seront pas encouragées à dénoncer leurs agresseurs si elles ne peuvent pas porter un niqab, le voile religieux, pendant leur témoignage devant les tribunaux.

Lors d'une audience préliminaire en 2008, N.S. a indiqué ne pas pouvoir montrer son visage aux hommes qui ne sont pas de proches parents. Lorsque le juge lui a ordonné de retirer son niqab, elle a refusé. L'affaire est passée par plusieurs paliers du système judiciaire ontarien, puis a été entendue par la Cour suprême du Canada, il y a un an.