Le juge Joey Dubois. Photo : Journal le Saint-François.
Le juge Joey Dubois. Photo : Journal le Saint-François.
Déjà reconnu coupable de contacts sexuels sur deux enfants, Robin Wilcox tente de prouver son innocence face à de nouvelles accusations d’attouchements contre une jeune amie de sa famille âgée de huit ans. Il attend également sa peine dans un autre cas de contacts sexuels sur un mineur.

M. Wilcox nie en bloc toutes les accusations à son encontre et accuse lui-même la victime de mentir, bien qu’il ait été reconnu coupable en 2019. Le quinquagénaire a proposé pour sa défense de montrer un cliché de ses organes génitaux au juge Joey Dubois, révèle le Journal de Montréal.

« J’ai apporté une photo de mon sexe pour vous prouver qu’il n’est pas comme celui que la victime a décrit (lors du procès) », a indiqué l’accusé vendredi lors d’une audition sur sentence au palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield.

« Merci de l’offre, mais NON », a répondu le juge.

Robin Wilcox a par la suite renvoyé son avocate, qui s’apprêtait à lui négocier une courte peine d’emprisonnement. Il se représente maintenant seul.

« Je suis un homme bon et bien élevé, a-t-il déclaré à la cour d’une voix tremblante. J’ai trois emplois essentiels et suis un atout dans la société, et surtout pas un prédateur. Je n’ai jamais touché à un enfant. On parle de ce que ça fait à elle (la victime), mais moi, j’ai perdu ma famille. J’ai payé cher pour ces paroles (accusations). Je suis innocent. »

La procureure de la Couronne Me Mylène Brown réclame une peine d’emprisonnement de cinq ans et une inscription au Registre des délinquants sexuels à perpétuité en insistant sur l’abus de confiance et d’autorité M. Wilcox et ses gestes « super » intrusifs.