Me Meryam Haddad. Photo : Site Web de Me Meryam Haddad
Me Meryam Haddad. Photo : Site Web de Me Meryam Haddad
Me Meryam Haddad a été expulsée de la course à la chefferie la semaine passée. Le parti évoquait des violations de code de conduite.

Les divergences entre Mme Haddad et Mme May ne sont pas un secret. L'ancienne cheffe des Verts a parfois exprimé ses opinions tranchées vis à vis la candidate montréalaise sur les réseaux sociaux.

Elle avait par exemple partagé un message accusant Mme Haddad de « poignarder (ses) cousins provinciaux dans le dos » et estimait qu’elle ne « méritait pas d’être la cheffe de quoi que ce soit ».

Mme Haddad avait en fait partagé sur Twitter une publication de soutien au Parti des écosocialistes en Colombie-Britannique, plutôt que d’avoir appuyé le Parti vert en vue des élections dans cette province.

Mme Haddad avait 48 heures pour faire appel de son expulsion, ce qu'elle a fait. Finalement, le Parti vert est revenu sur cette décision. Au moment d'écrire ces lignes, Mme Haddad n'avait pas répondu à notre demande d'entrevue.

L'avocate de 32 ans est spécialisée en droit de l'immigration. Elle est diplômée de l'Université d'Ottawa et membre du Barreau du Québec depuis 2013. Ouvertement lesbienne, elle défend aussi les membres de la communauté LGBTQ+

Sur son compte Twitter, elle se présente comme avocate, eco-socialiste, féministe et abolitionniste.

« Meryam se présente à la chefferie du Parti vert pour qu'il représente mieux la diversité du Canada et devienne le pôle de rassemblement des forces progressistes et écologiques dont le pays a besoin. Meryam veut de l’autonomie aux militantes et militants et donner une voix aux personnes qui ont perdu tout espoir dans notre système politique », peut-on lire sur son site de présentation.

Elle est aussi membre de Québec solidaire et de Projet Montréal.

Le nom du remplaçant d’Elizabeth May sera annoncé à Ottawa le 3 octobre. Huit candidats sont actuellement en lice.