Le rapport annuel Tech GC. Source : Site web de Juro
Le rapport annuel Tech GC. Source : Site web de Juro
La firme Juro a publié récemment son nouveau rapport annuel Tech GC sur les grands défis auxquels sont confrontés les grands cabinets en 2021, en collaboration avec le cabinet américain Wilson Sonsini.

Cette étude révèle que 99% des avocats d’entreprise ne retourneraient pas dans les grands cabinets ou dans le secteur privé. Selon les données recueillies, plus de la moitié ont déclaré qu’ils préféreraient travailler dans des plus petits cabinets ou à leurs comptes.

Cette augmentation serait due à la pandémie. Et ce, malgré que les cabinets ont adopté des politiques plus flexibles misant sur le télétravail.

Parmi les 80 juristes internes interrogés, ils préféreraient choisir un mode de vie en tant qu’« avocat à la demande ».

Avant, la majorité des avocats travaillaient pour des grands cabinets ou des grandes entreprises. Alors qu’aujourd’hui, le monde juridique est en évolution vers les technologies et les jeunes avocats ont plus de choix.

Une culture de travail qui éloigne les jeunes

Les avocats ne souhaitent pas retourner dans les grands cabinets à cause du nombre d’heures excessifs.

Certains avocats ont mentionné que leur départ était dû au travail répétitif et qui était effectué encore manuellement. Bien qu'ils soient très bien payés, ils ne voulaient pas maintenir ce rythme pendant plusieurs années.

Pourtant, l'enquête a révélé que 76% des avocats ont déclaré vouloir rester et sont assez satisfaits de la culture des grands cabinets.

Des choses à changer

Plusieurs préoccupations sont ressorties dans le rapport, notamment le budget limité des cabinets et la surcharge de travail à faible valeur.

Toutefois, de plus en plus d’entreprises et cabinets essaient de changer cette culture de travail. En effet, ils réfléchissent à des politiques plus flexibles sur le long terme et à l’automatisation des systèmes pour mieux gérer les dossiers.

Selon l’étude, il y a quelques éléments qui influencent les avocats à rester dans les grands cabinets comme la flexibilité, le potentiel de croissance, la variété des dossiers ainsi que les défis amenés et opportunités offertes.