Me Julie Himo. Source: LinkedIn
Me Julie Himo. Source: LinkedIn
Après presque 20 ans chez Norton Rose Fulbright, Me Julie Himo rejoint les bureaux de Torys à Montréal.

« Je suis ravie de rejoindre Torys. J’ai choisi ce cabinet car il a une excellente réputation et est formé d’avocats exceptionnels. Ils ont une culture de travail d'équipe et de développement des affaires en équipe. Ce sont des éléments qui m'ont beaucoup attiré » nous a-t-elle confié.

Sa pratique est axée principalement en litige commercial, protection des renseignements personnels et cybersécurité.

« Le cabinet voulait développer davantage sa pratique en matière de protection de renseignements personnels et de cybersécurité. C’était une très bonne opportunité et je vais pouvoir bâtir cette pratique au Québec et à travers le Canada avec l’équipe basée à Toronto », a-t-elle précisé.

Elle accompagne diverses entreprises victimes de cyberattaques de tous genres. Elle les conseille aussi de manière générale sur la gestion des risques et la protection des renseignements personnels.

Sa clientèle est constituée d’entreprises du secteur privée, d’entreprises du secteur public provenant de tous les domaines comme assurance, éducation etc.

« De plus, le cabinet cherchait à développer une pratique en litige commercial au Québec, qui est une partie importante de ma pratique. Cela représentait une très belle opportunité »,dit-elle.

L’avocate représente des clients dans des dossiers liés à la fraude commerciale, aux différends contractuels, aux différends entre actionnaires, à la faillite et l’insolvabilité, aux acquisitions, droit des sociétés et valeurs mobilières.

Avant de rejoindre le cabinet, elle a travaillé pour le cabinet Norton Rose Fulbright à titre d’associé, de 2002 à 2021 et pour le cabinet Gowling Lafleur Henderson LLP à titre d’avocate, de 1998 à 2002.

Au cours de sa carrière, elle s’est impliquée dans plusieurs organismes juridiques dont l’Institut de l’insolvabilité du Canada, l’Association internationale du barreau, le Comité de liaison du Barreau de Montréal et l’Association des femmes en finance du Québec.

Membre de l’Association du Barreau canadien (ABC), elle a siégé dans plusieurs comités et sous-comités de l’association dont le comité exécutif de la section droit de la faillite et de l’insolvabilité de la division Québec pendant plusieurs années.

Diplômée en droit de l’Université de Montréal, elle est membre du Barreau du Québec depuis 1998.