Morris Chochla, Michel Dugal et Nathalie Martel.
Morris Chochla, Michel Dugal et Nathalie Martel.
Cela semble étonnant, mais jusqu’en 1981, les avocats ne disposaient d’aucune protection financière spécialisée. Ce qui signifie qu’ils étaient laissés à eux-mêmes et pouvaient mettre la clef sous la porte de leur cabinet au moindre problème !

Pourtant, tout comme aujourd’hui, la plupart des membres de cette industrie étaient à cette époque des travailleurs autonomes qui avaient besoin de protéger leur activité, leur équipe et leur famille. Une assistance qu’ils offraient à leurs clients, mais qu’ils ne pouvaient pas s’offrir eux-mêmes faute de temps et de connaissances.

Voilà pourquoi, en 1981, les associations et les syndicats canadiens du milieu du droit ont décidé de se regrouper et de fonder un OSBL qui a totalement changé la donne. L’Association d’assurances du Barreau canadien (AABC), connue à présent au Québec sous le nom de la Financière des avocates et des avocats, venait de voir le jour.

40 ans de services

Qui de mieux que des avocats pour comprendre les enjeux de leurs pairs ? L’AABC a depuis ses débuts été dirigée par un conseil d’administration composé d’avocats bénévoles.

« Nous comprenons les besoins des avocats canadiens, peu importe où ils en sont dans leur carrière », explique Morris Chochla, président du conseil.

Concrètement, l’organisme a commencé sa mission à petite échelle, avec seulement deux produits : l’assurance vie et l’assurance maladie. Des brindilles, penseraient certains, mais qui à l’époque représentaient déjà beaucoup pour une profession qui ne disposait jusqu’alors d’aucun soutien adapté.

Puis ces premiers services personnels se sont progressivement enrichis au fil des besoins du milieu. Des assurances auto, habitation et voyage, des assurances corporatives et de la gestion de placements ont progressivement été offertes par l’organisme.

« À présent, nous prenons en charge tous les aspects financiers capables d’épauler les avocats à titre personnel et professionnel. Cela va des couvertures cyber-risques, à la gestion du patrimoine, y compris en matière de courtage, en passant par une plateforme de robot-conseil, des webinaires d’éducation financière et le tout premier régime de retraite à prestations déterminées pour la communauté juridique », indique Michel Dugal, représentant pour le Québec de la Financière des avocates et des avocats.

M. Dugal, que l’on a entre autres choisi pour son expertise actuarielle et bancaire en plus de sa connaissance fine en planification financière, en régime de retraites collectives et en valeurs mobilières, ajoute que « la gestion de portefeuilles est aussi un gros plus de la Financière, car elle permet aux avocats, qui ont déjà à gérer une pratique exigeante et leur statut d’entrepreneur avec tout ce que cela comporte – gestion d’un cabinet, développement d’affaires, etc. – d’avoir une personne de confiance qui veille à la protection et à la valorisation de leur patrimoine. Je me fais dire régulièrement que ce volet financier n’est pas leur tasse de thé, et je le comprends parfaitement. »

Refléter la réalité québécoise

Même si l’AABC a été originellement fondée à Toronto en 1981, elle a immédiatement été active aux quatre coins du Canada, dont le Québec.

Pour mieux refléter la spécificité québécoise, tant sur le plan de la langue que sur des enjeux propres aux professionnels de notre province, l’organisme a adopté en 2017 le nom de Financière des avocates et des avocats pour ce territoire.

« Notre conseil d’administration a à cœur de positionner le Québec au centre des représentations nationales », confirme M. Dugal, qui a lui-même été engagé en 2020 pour représenter plus fidèlement les intérêts des avocats québécois sur leur territoire, au même titre que sa collègue Nathalie Martel, conseillère de longue date en assurance de personnes, en fonds de placement, ainsi qu’en régimes d’assurance et de rentes collectives.

« Même le centre d’appel basé à Toronto dispose maintenant d’agents bilingues et unilingues francophones dédiés à nos membres québécois. »

Depuis 40 ans, on peut donc dire que la protection des avocats et de leurs spécificités régionales a fait des bonds de géants. Et il semble que ce ne soit qu’un début, car le slogan de l’AABC est « Soyez prêt ».

Alors que nous réserve la Financière des avocates et des avocats pour les 40 prochaines années ? Nous avons déjà hâte de le savoir.

5 dates charnière de l’AABC / Financière des avocates et des avocats
1981 : fondation du tout premier OSBL destiné à protéger le milieu juridique
2002 : début de la gestion de placements en plus des services assurantiels
2016 : fusion des services d’assurances et de placements sous une même enseigne
2017 : création du volet Financière des avocates et des avocats