Mes Dominique Bourcheix et Miville Tremblay. Photos : Site Web de Médiation Sophilex et du CSNC
Mes Dominique Bourcheix et Miville Tremblay. Photos : Site Web de Médiation Sophilex et du CSNC
Le ministère de la Justice a fait passer en octobre dernier le nombre d’heures de cours nécessaires pour devenir médiateur accrédité de 40 à 60 heures. Cela réjouit Me Dominique Bourcheix, qui dispense un cours sur ce sujet chaque année depuis 2005.

« On va être plus posé dans la façon de donner le cours, on va pouvoir aller au fond des questions des élèves, on aura plus de discussions, et on aura plus d'exercices pertinents aux questions difficiles », se réjouit-elle.

Il est important de noter que même si 20 heures obligatoires ont été ajoutées par le ministère, la matière, elle, ne change pas.

« La façon de faire de la médiation, le code de déontologie, la posture du médiateur, qu'est-ce qui fait qu'on est un bon médiateur, qu'est-ce que la négociation raisonnée, quelles sont les étapes de la médiation, comprendre l'aspect multidimensionnel du conflit, ça ne changera pas. »

Me Bourcheix a revu par ailleurs sa façon de dispenser le cours, soit deux jours par mois, pendant quatre mois, les 27, 28 janvier, 27, 28 février, 2, 3 avril, 30 avril et 1er mai prochains.

« En dedans d'un mois, ça hypothèque la moitié, ça aurait été trop. Je pense que les professionnels vont préférer deux jours par mois, ce qui permet aussi de bien intégrer la matière. »

D’ailleurs, l’avocate émérite estime que les étudiants auront le temps de mettre en pratique ce qu’ils apprennent dans le cours, entre les différentes séances. « Ça permettra aux élèves de pratiquer ce qu'ils ont appris comme une certaine façon de parler avec les gens, ou encore le recadrage, de bien conscientiser la négociation raisonnée dans des dossiers avec des clients. »

En duo

Étant donné que le cours est donné sur une plus longue période, Me Bourcheix a décidé de s’allier avec son collègue Me Miville Tremblay, qui ensemble ont une vision différente mais complémentaire pour bien comprendre la médiation.

« C'est une femme et un homme. Je pratique en commercial, lui en relations humaines et en droit familial. On vient de mondes différents. Lui vient du Saguenay, moi de Montréal. Mais nous avons une chose en commun qui fait la force du cours: nous sommes des praticiens de la médiation, et non des professeurs. »

Au final, Me Bourcheix croit que la médiation peut servir à plusieurs professionnels, même s’ils n’ont pas envie de devenir des médiateurs à temps plein.

« La médiation, c'est la méthode pour gérer tout conflit, quel qu'il soit. On peut suivre ce cours pour utiliser les techniques de médiation avec ses clients, avec ses confrères, avec ses collègues de travail... c'est pour ça que les conseillers en ressources humaines, les psychologues, les travailleurs sociaux et les gens dans le milieu médical aiment ce cours », conclut-elle.

Pour connaître tous les détails sur le séminaire « La médiation en civil, commercial et travail » et vous inscrire, cliquez ici.