Frédéric Bastien, l'auteur de cet article. Photo : Site Web de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal
Frédéric Bastien, l'auteur de cet article. Photo : Site Web de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal
L’historien, enseignant et ancien candidat à la chefferie du PQ Frédéric Bastien a déposé une plainte au Commissariat aux langues officielles, révèle le Journal de Montréal.

La plainte de M. Bastien fait suite à un argumentaire uniquement en anglais que la Commission canadienne des droits de la personne a déposé devant la Cour supérieure du Québec, et ayant pour but d’intervenir dans la contestation judiciaire contre la Loi sur la laïcité de l’État.

Le plan d’argumentation de la Commission lui-même n’avait pas d’équivalent en français.

« C’est du deux poids, deux mesures. La Commission qui est toujours prête à défendre supposément une violation des droits des minorités, en l’occurrence ici des musulmans, mais qui viole sans la moindre gêne les droits linguistiques des Québécois, c’est l’arroseur arrosé », déplore Frédéric Bastien, en entrevue avec le Journal de Montréal.

Marie-Claude Landry. Photo : Archives
Marie-Claude Landry. Photo : Archives
La présidente de l’organisme, Marie-Claude Landry, a fait valoir que le mémoire avait été produit à l’externe, sans pour autant s’excuser de l’absence d’une version française.

Frédéric Bastien rejette ces explications.

« Il y en a des traducteurs à Ottawa, j’en suis sûr. Il y a deux langues officielles, ce n’est pas nouveau, ce n’est pas arrivé hier. Ils nous servent une réponse totalement bureaucratique. (...) » affirme-t-il.

L’historien et enseignant au collège Dawson s’insurge fréquemment sur les réseaux sociaux. Cette année seulement, il s’en est pris à la Faculté de droit de McGill, à la Charte des droits et libertés, à l’ancienne ministre de la Justice Sonia LeBel, à l’ex-juge en chef de la Cour d’appel du Québec Nicole Duval Hesler, et à la Cour suprême.